A Place To Bury Strangers & Blackthread à l’Epicerie Moderne

News | publié le 08 Oct 2012 par | 778 vues

Demain mardi 9 octobre, date à retenir de la semaine niveau concerts, c'est gros son à l'Epicerie : A Place To Bury Strangers débarque à Feyzin avec ses pédales fuzz maison, ses stroboscopes et ses avalanches de décibels. Chez Dark Globe on a noté ce rendez-vous d'une grosse croix dans l'agenda, d'abord parce que notre dernière rencontre avec les New-Yorkais (aux Nuits Sonores 2010 - on avait raté le concert d'avril dernier pour cause de prix prohibitif) n'avait pas été des plus marquantes ; ensuite parce que les deux dernières sorties studio du trio - l'EP Onwards To The Wall et l'album Worship, sortis tous deux via le label Dead Oceans cette année, nous semblent particulièrement réussis, dans l'esprit "Je conjugue rage sonore et déferlantes de guitares criardes mais sans reléguer la mélodie au second plan" ; et enfin parce que la première partie de la soirée sera assurée par Blackthread, un projet qu'on suit depuis ses débuts et pour lequel on assume volontiers une grande affection (plus de son ici). On est bien content de retrouver le garçon sur une jolie scène comme celle de l'Epicerie Moderne, et on a hâte de voir ce que son sac de bidouilleries électroniques nous réserve de nouveau.

Enfin - parce qu'on a rien trouvé de mieux pour vous donner envie de vous rendre à l'Epicerie demain - on en profite pour rappeler l'existence de "Sprites", un chouette documentaire sur le groupe filmé en début d'année par Alexis Magand. Ca se regarde juste en dessous dès que vous avez vingt minutes à tuer.

Les portes ouvrent à 20h30. Be there !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Lionel

cultive ici son addiction à la musique (dans un spectre assez vaste allant de la noise au post-hardcore, en passant par l'ambient, la cold-wave, l'indie pop et les musiques expérimentales et improvisées) ainsi qu'au web et aux nouvelles technologies, également intéressé par le cinéma et la photographie (on ne peut pas tout faire). Guitariste & shoegazer à ses heures perdues (ou ce qu'il en reste).