Badaboum – Blue Monday

News | publié le 13 Août 2013 par | 1 098 vues

badaboum_9_8_13S'il y a bien quelque chose qui tient du secret de polichinelle au sein de la rédaction de DarkGlobe voire même au-delà, c'est la fascination quasi maladive de votre serviteur pour New Order. Averti par l'un de mes amis du sud de la France de la reprise plutôt récente et pas dégueulasse du tout de l'énorme "Blue Monday" par un groupe d'electro rock gardois,  je ne résistais donc pas longtemps à la curiosité d'y trainer un bout d'oreille.

Les deux membres, Louis Lancelle (Trigonometry Bob) et Lucien Neviere (Nevbot), sont originaires de Nîmes mais résident désormais sur Lyon et Paris. Ils officient sous le nom plutôt casse-gueule (ahem ahem) de Badaboum, ont déjà réalisé une poignée de remixes, sorti un EP intitulé Les 7 péchés capitaux,  le tout téléchargeable gratuitement sur leur Soundcloud. Un nouveau EP intitulé Métamorphose est dans les starting blocks depuis plusieurs mois et le morceau  "Era", en écoute lui aussi, annonce un virage plus mélodique et peut-être accessible que leurs productions précédentes.

Concernant leur reprise de "Blue Monday", celle-ci a été enregistrée en live et même si la voix est tout de même un peu faiblarde (défaut que l'on retrouve d'ailleurs sur "Era"), volontairement noyée dans le mix, le choix semble avoir été fait de retourner aux origines du morceau originel, jusque dans sa durée qui vise elle aussi pile poil les huit minutes, de se rapprocher d'une version primaire en privilégiant l'épure. En enlevant notamment la basse, Bababoum retire aussi l'une des bases majeures de la structure du morceau pour la secouer doucement et jouer avec sa stabilité tout en conservant la conception foncièrement adultérine (ici les guitares presque western et les claviers) de la chanson.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.