Devendra Banhart / Mala

Disques | publié le 17 Mai 2013 par | 1 248 vues

DEVENDRA-BANHART-Mala_!.5_05-2013_aDepuis que Monsieur DarkGlobe est parti chercher des clopes un beau soir de Mars et n'est jamais revenu, c'est véritablement le bordel dans les bureaux de notre humble webzine. Plus personne ne se lave, on marche sur des restes de pizzas moisies, les bières sont toutes éventées et on finit par rédiger des chroniques sur ce néo hippie anciennement très barbu de Devendra Banhart. Mais où va le monde, ma brave dame (soupirs)? Rassurez-vous, néanmoins: il nous reste assez de déontologie de scribouillard totalement amateur pour livrer cet article plus de deux mois après la sortie de Mala, le nouvel album du "psyché folkeu" cité plus haut. Toujours rester digne, tel est notre nouveau credo. Arf.

Autant l'avouer tout de suite, il y a quelque chose de très fondamentalement ludique et gravement charmant sur une grande partie de cet album: un bonheur de gamin à coller des mélodies de qualité sous des textes qui tâchent ; entre des désamorçages de romantisme exacerbé foncièrement gavant, "If we ever make sweet love again I'm sure that it would be quite disgusting" sur  le single "Never Seen Such Good Things", une indécision chronique racontée sur claviers cheap, "Tonight, I love you and tomorrow we will see" sur "Cristobal Riquez" jusqu'à, surtout, cette méchanceté gratuite, ces bombardements de cruauté, en mode Moldy Peaches, "If he ever treats you bad, please remember how worse I treated you, If he doesn't try his best, please remember I never tried at all" et autres excitantes joyeusetés pendant les trois premières minutes du duo de "Your Fine Petting Duck". Car étrangement, le reste de la chanson se transforme avec quelques notes de clavier de manière tout à fait indolore pour se conclure facétieusement en electro pop allemande construite pour remuer les discothèques des années 80. "Hatchet Wound" séduit lui aussi dans un grand sourire avec ses accents en sourdine d'américana lo-fi sous alimenté et ses invitations à sautiller de son mieux malgré tout.

M'enfin bon. Maja ne tient pas non plus de la déconnade généralisée et du lancer de vacheries : l'intro "Golden Girls", courte et grinçante, radoucie par la voix de Banhart dont les mots développent encore plus largement les digressions symboliques ou peut-être pour se foutre de la gueule de ceux-ci,  "You're a young man on a dancefloor, You're a young man in a young man's world, Get on the dancefloor...", contrastes rapidement dissipés par la douce langueur de "Daniel" et sa discrète ligne de basse en boucle. L'acoustique et élégiaque "The Ballad of Keenan Milton", uniquement distrait par des sirènes de police passant au loin, revient sur le drame d'un professionnel de skateboard, noyé le jour de l'indépendance américaine. "Mi Negrita" avec son chant en espagnol rappelle les origines vénézuelliennes de Banhart et convoque un bal collé serré au dessous d'un nuage de saudade. "Mala" et son un-peu plus-mais-pas-trop-d'une-minute ressemble à un post-il musical.

Le plus étrange est que, malgré toute cette diversité d'essais stylistiques et de tons dans les discours, l'album conserve cette capacité à se faufiler tranquilou et comme si de rien n'était entre diverses humeurs, à sortir une production tout à fait cohérente dans son artisanat et sa sobriété (des reverbs de guitares électriques, des claviers bringuebalants, des légères percussions et roule ma poule) et à tenir un discours textuel et sonore intelligent voire intellectuel sans se la péter. Peut-être de quoi remettre en cause notre opinion sur les néo-psychés-hippies. Ou pas.

Pour information, durant le temps de rédaction de cet article, on a passé au broyeur les vinyles de Godspeed You! Black Emperor de Monsieur DarkGlobe.

Ca lui apprendra.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.