Die! Die! Die! au Sonic (concours inside)

News | publié le 24 Oct 2012 par | 987 vues

Quand un groupe qu'on aime s'arrête pour jouer un concert dans un lieu qu'on aime, pas loin de la maison, on essaie toujours de vous en toucher deux mots, histoire d'éveiller votre curiosité (ou de rappeler discrètement l'évènement à votre agenda). Le mois de novembre apporte son florilège de concerts bien sympa, juste aux cotés de la bonne nouvelle du jour -  le Grrrnd Zero qui a passé l'épreuve ultime de la commission de sécurité, et qui devrait donc pouvoir réouvrir ses portes de manière officielle très bientôt! - mais c'est aussi le retour de de Die! Die! Die! au Sonic le 6 novembre prochain qui nous réjouit particulièrement aujourd'hui.

On avait raté le dernier passage du trio Néozélandais sur la péniche Lyonnaise en avril 2011 (lors de la tournée de suport pour leur album Form) pour cause de déplacement professionnel de dernière minute, on sera donc d'autant plus heureux de les retrouver, cette fois-ci pour écouter les morceau de leur dernier LP, Harmony, sorti lui aussi chez Golden Antenna Records et dont est tiré le single ci-dessous.

Le généreux organisateur de ce concert, dont le coeur à l'ouvrage fait bien plaisir à voir (on le remercie au passage de concrétiser à nouveau la venue de Die! Die! Die! à Lyon et de s'associer à nous pour ce petit concours) nous offre deux places à vous offrir, si vous avez la chance de voir votre nom tiré au sort, et l'audace et le courage de répondre à la question suivante (et de nous communiquer vos coordonnées) avant le lundi 5 novembre à midi pétantes. Bonne chance!

QUESTION : Dans quelle ville de Nouvelle Zélande le trio s'est-il formé en 2003?




A noter : l'orga s'associe avec le Riddim Festival, et les gens qui assisteront à Space Junk le même soir (pour la soirée d'ouverture du festival) bénéficieront d'un prix d'entrée de 6 euros (au lieu de 8) au Sonic.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Lionel

cultive ici son addiction à la musique (dans un spectre assez vaste allant de la noise au post-hardcore, en passant par l'ambient, la cold-wave, l'indie pop et les musiques expérimentales et improvisées) ainsi qu'au web et aux nouvelles technologies, également intéressé par le cinéma et la photographie (on ne peut pas tout faire). Guitariste & shoegazer à ses heures perdues (ou ce qu'il en reste).