Headphone / Danish Robot Dancers

Disques | publié le 16 Avr 2014 par | 1 887 vues

headphone_aHeadphone, le groupe de Charles H Garabed et Jean-Michel Pires, a beau avoir plus de dix ans d'existence, ce ne sont finalement que deux albums qui sont sortis en une décennie. Plus sérieusement endormis que définitivement morts, les deux têtes pensantes ont été sorties de leur léthargie par le petit label parisien Artisans du Disque avec pour résultat un nouvel EP intitulé Danish Robot Dancers.  A cette occasion, le duo a retrouvé Benoit Burello (BED) et Marc Sens et s'est entouré de Etienne Jaumet (Zombie Zombie), Loriseanberg (Berg Sans Nipple) et Etienne Foyer (Dragibus, Don Nino) .

Ce Danish Robot Dancers (j'ai un moment cru qu'il s'agissait d'une référence à la série Real Human diffusée sur Arte mais celle-ci est d'origine suédoise) se compose de six plages instrumentales décrivant une lente mais assurée évolution de style qui partirait d'une indie rock somme toute assez classique et se terminerait vers un fantasme de bande-son pour un projet avorté de Christophe Gans. Headphone débute donc son parcours avec le morceau le plus radio friendly de la galette : un "X-periment-X" un tantinet nostalgique avec des guitares lourdes aux riffs nerveux, comme une réminiscence des groupes américains rock des college radios des nineties pour finalement conclure avec le subtilement et paisiblement angoissant "Fantomas Theme". Dans ce dernier, le trouble s'incarne dans quelques notes de xylophone et, même s'il s'agit ici d'une variation sur la bande-son originale de Michel Magne, le climat crépusculaire général rapproche plus le morceau de l'œuvre littéraire originale de Marcel Allain et Pierre Souvestre que de la trilogie cinématographique et comique réunissant Jean Marais et Louis de Funès. Entre ces deux titres, Headphone s'occupe à délicatement, méthodiquement et tranquillement décomposer les bases de leur indie rock établies au début du disque pour les faire doucement muter et les orienter vers des espaces atmosphériques et cinématographiques tout en conservant des accroches rocks tenaces. Et c'est dès la deuxième partie de "X-periment-X" que ce processus apparaît : malgré les reprises de la mélodie, le morceau paraît s'effeuiller et annoncer la stratégie du disque. "Underground Mechanik" poursuit cette longue mutation: toujours d'obédience indie-rock avec les claviers soufflant vers l'aérien, ses cuivres poussant timidement vers le lyrisme, le morceau est rongé de l'intérieur, régulièrement égratigné par des guitares de plus en plus acérées, des coups de piano sur lesquels l'équilibre de la structure est mis à l'épreuve. C'est sur "Dwin" que l'approche cinématographique du groupe apparaît pour la première fois de sa manière la plus lumineuse : batterie cadencée en avant, haletante avec son à bout de souffle constant, contrebalancée par des lignes de piano inquiétantes. Les cuivres, quant à eux, finissent de dessiner un exercice de style pour un polar politique des années soixante-dix. "Sprog" est le morceau de bravoure de l'album: neuf minutes à l'armature lâche, encore retenues au sol par la batterie ou des écorchements de guitare; neuf minutes dont on ne sait pas vraiment si elles tiennent de l'improvisation écrite ou de la composition accidentelle. Titre le plus électronique du disque, "Flup" confronte les couches de synthétiseurs à des rythmiques presque acoustiques, martiales et hypnotiques, proches d'un traitement à la Martin Hannet, encadrées par des soupirs de guitare pour un rendu spatial et glacial de Hard science-fiction.

Dans les années soixante, Philip K. Dick demandait si les androïdes rêvaient de moutons électriques. Aujourd'hui, Headphone fait danser les robots danois avec une musique totalement dénuée de pathos mais techniquement parfaite dont le mélange réussi entre assemblage mécanique et intuitions sonores éclatantes nous apparaît froid, quelquefois angoissant et étrange comme une âme d'automate.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.