HTRK / Work (Work, Work)

Disques | publié le 06 Oct 2011 par | 1 036 vues

On ne donnait pas cher de la survie d'HTRK, alors que l'on apprenait en mars 2010 le suicide du bassiste Sean Stewart, au moment où le groupe commençait à recevoir une reconnaissance méritée pour sa musique - mais aussi, il est vrai, critiques amères et parfois violentes tant elle est singulière, et peut se révéler oppressante au point de susciter des réactions épidermiques. La place de la basse y est capitale et les textures sonores façonnées par Stewart sur Marry Me Tonight (2009) tenaient certainement un rôle discret mais indispensable dans les compositions du trio.

Une fois le traumatisme de la mort de Sean apaisé, il a pourtant bien fallu donner suite à ce Marry Me Tonight glacial et languide, prônant le mariage entre post-punk acerbe et no-wave synthétique (on rappelle que leur nom est une abréviation pour "Hate Rock"). Work (Work, Work) emprunte les mêmes automatismes: motifs rythmiques sombre et flous répétés à outrance, jusqu'à une forme d’étourdissement, dans lequel s'évapore alors toute notion de temps écoulé; morceaux s'étirant presque douloureusement, sur les nappes de synthés appuyées et la voix neurasthénique et lascive de Jonnine Standish. Injectant dans leur écriture une froideur d'âme affichée, qui cache en fait une fragilité effrayante et un désespoir poussé, le groupe adopte un jusqu'au-boutisme qui se traduit autant dans sa musique que dans son dévouement à son art. Australien d'origine, le trio avait d'abord émigré à Berlin puis à Londres, où il est resté pendant trois ans. A présent, Standish et Yang envisagent de s'installer à Los Angeles: une ville aux abords solitaires, qui selon eux, se prête parfaitement à l'écoute de leur musique. "C'est très éprouvant de changer d'environnement, de tout recommencer à zéro", dit Standish, "mais j'ai la conviction que le fait de trouver le lieu dans lequel notre musique s'inscrit le mieux mérite le sacrifice de notre bien-être et de notre confort". En effet, Work (Work, Work) respire cette sensation d'isolement, pas seulement comme si le duo s'était volontairement retiré pour figer ce visage obscur du disque, dont la sculpture a été entamée en tant que trio (la plupart des titres ont été écrits avant la mort de Stewart et leurs parties de basses ont pu être enregistrées) mais surtout comme si la présence d'autres être autour de chacun d'eux ne suffisait pas à dissiper ni à atténuer leur mal-être. Libre à l'auditeur, en celà, de choisir de voir la mort de Stewart (et la déchirure du groupe) comme un thème naturellement abordé tout au long de l'album, ou au contraire, de choisir d'y percevoir sa présence, la consistance de sa musique, et la trace qu'il lui laisse en tant qu'artiste. Dans un cas comme dans l'autre, Work (Work, Work) se révèle troublant, mystérieux, et aussi difficile à appréhender que son écoute envoûte l'esprit.

Sur des toiles sonores étranges, toujours aussi atypiques et vénéneuses, la musique d'HTRK continue de s'adresser directement à la part la plus sombre de notre inconscient, celle qu'on ne comprend pas toujours et dont on va parfois jusqu'à renier l'existence même - et devrait par conséquent, davantage encore que son prédécesseur, susciter autant de fascination chez les uns que d'écoeurement chez les autres.

En écoute via Bandcamp

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Lionel

cultive ici son addiction à la musique (dans un spectre assez vaste allant de la noise au post-hardcore, en passant par l'ambient, la cold-wave, l'indie pop et les musiques expérimentales et improvisées) ainsi qu'au web et aux nouvelles technologies, également intéressé par le cinéma et la photographie (on ne peut pas tout faire). Guitariste & shoegazer à ses heures perdues (ou ce qu'il en reste).