Indoor Voices – « So Smart »

News | publié le 29 Nov 2012 par | 1 059 vues

Il y a deux choses qui distinguent particulièrement l'équipe de Dark Globe ces derniers mois : prendre son temps pour écrire des articles, et claquer des mains sur les artistes de Bleeding Gold records. Remarquons, néanmoins que pour la seconde caractéristique, c’est moi qui tape le plus fort les paluches dans toute la rédaction. Bonne pioche donc que cette bafouille qui regroupe dans un même paragraphe quelques lignes émues sur le morceau "So Smart" déjà sorti au mois d'août par un artiste de ce label : Indoor Voices, le projet musical débuté en 2009 de Jonathan Relph, musicien de Toronto.

Comme une flopée d’autres, Relph a commencé son travail dans sa chambre à coucher, invitant quelques amis pour compléter ses chansons et sortir un premier album intitulé Nevers qui sera en partie remixé sur le bien nommé rmxd (les deux albums sont en téléchargement gratos ici). Indoor Voices s’est depuis développé comme un groupe à cinq têtes. Plus récemment, un single ("So Smart") et un EP 4 titres (S/T) ont aussi vu la lumière du jour.

De tous les morceaux d’Indoor Voices, c’est "So Smart", dream popsong réussie et essentielle puisque simple, débarrassée de scories, qui trouble le système limbique. La voix de Relph s’y confond délicatement avec celle de Casey Mecija (chanteuse d’Ohbijou), engendrant une shoegaze atmosphérique organisée sur une boucle hypnotique avec un soupçon d'électronique. "So Smart" se décline sur son single entre un remix pour piste de dancefloor oubliée dans les brumes et un premix dépouillant la structure de la chanson. La vidéo, quant à elle, figure le morceau dans une remarquable, lumineuse et paradoxalement kaléidoscopique sobriété en superpositions rêveuses.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées de Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.