Infinite Light Ltd. / s/t

Disques | publié le 06 Juin 2011 par | 1 522 vues

Souvenez-vous, on vous avait parlé de Infinite Light Ltd. il y a quelques mois, alors que Denovali annonçait la signature de ce trio all-star et la sortie imminente de son premier effort. Sur le papier, il y avait de quoi s'attendre au meilleur, le groupe n'étant autre que l'association de trois activistes chevronnés des musiques expérimentales, ambiantes et on peut dire relativement obscures: Aidan Baker (Nadja), Nathan Amundson (Rivulets) et Mat Sweet (alias Boduf Songs, dont on est plutôt fan par ici - notamment pour son splendide dernier album).

Si de prime abord on peut être étonné par une telle association - les projets respectifs des trois hommes évoluent dans des sphères pas forcément proches les unes des autres - le résultat s'en avère d'autant plus singulier et tout aussi fascinant: le premier titre, "December 16", commence par nous attirer vers des phrases allongées reposant sur de longues nappes froides, guitares évasives jouées à l'archet, claviers brumeux, voix lointaine et murmurante: tout repose alors dans les mouvements des sons, dans leur articulation; apparaissant et s'évaporant comme des volutes de fumée, façonnant une ambiance propice au recueillement, plongeant l'auditeur dans sa petite bulle comme Boduf Songs sait le faire. "Vision of God in a Cowbarn", aux allures folk discrète, plus proche des travaux de Sweet, conserve ce visage introspectif, aidé par des motifs électroniques ajoutés aux arpèges nues de guitare acoustique; Ce n'est qu'avec "Weather" que l'on glisse alors vers des atmosphères moins confortables, drones bruitistes et guitares dissonantes faisant alors leur apparition - accompagnés d'une batterie étrange et d'interférences électroniques intéressantes. Revenant vers un minimalisme de rigueur ici, "The Bullet Sent To Kill Me Is Already On Its Way" (on pense reconnaître l'habile patte de Sweet pour le titrage de ses morceaux?) et sa lente progression vers un final élégant nous ramène vers des sensations plus douces et délicates. Les titres suivants évoquent eux aussi des atmosphères variées, paysages multicolores clair-obscurs, apaisants ("(More) Weather") ou inquiétants ("Down among The Mashers"), mais se pliant toujours à une approche minimaliste des plus habiles: les sons et instruments se partagent l'espace avec discernement, comme si jamais deux notes ne devaient se placer au même endroit sur la portée.

On reconnait aisément, sur chaque titre, lequel des trois artistes a pris (délibérément ou pas) une position dominante sur ses deux collaborateurs; pourtant, Infinite Light Ltd. ne manque ni d'homogénéité, ni de contour, le trio évoquant à tour de rôle des étendues sonores aussi vastes que celles de Sparklehorse, Sunn(O))) ou Tim Hecker, et oscillant entre folk mélancolique et drone dissonante, ne s'imposant abolument aucune contrainte de forme ou de style. Une bien étrange et unique alchimie sur laquelle il aurait été vraiment dommage de ne pas s'arrêter.

En écoute: "The Bullet Sent To Kill Me Is Already On Its Way"

[audio:http://www.denovali.com/infinitelightltd/mp3/04.mp3]
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Lionel

cultive ici son addiction à la musique (dans un spectre assez vaste allant de la noise au post-hardcore, en passant par l'ambient, la cold-wave, l'indie pop et les musiques expérimentales et improvisées) ainsi qu'au web et aux nouvelles technologies, également intéressé par le cinéma et la photographie (on ne peut pas tout faire). Guitariste & shoegazer à ses heures perdues (ou ce qu'il en reste).