Interview – GYM

Interviews | publié le 14 Juil 2013 par | 2 185 vues

gym_12_07_2013aVoici quelques jours, nous connaissions bien peu de choses de GYM: un désarmant "Radar Radar", morceau d'electro pop tremblotant sur ses appuis comme une déclaration amoureuse à l'haleine alcoolisée, que c'était le projet parallèle du chanteur de Roken is Dodelik et qu'ils venaient jouer, avec les autres lillois de Pan Aurora dans le juste excellent pub d'Oberkampf, l'International. Quarante cinq minutes après nous avoir confirmé notre très bonne première impression en proposant un set déjà stylistiquement cohérent et des compositions dans la lignée du premier single, nous bloquons Jérôme, le chanteur et Nicolas, le bassiste, dans un coin sombre du pub.
L'autre Nicolas, le batteur, est lui toujours occupé à maltraiter ses fûts pour le rappel de Pan Aurora. Nous leur expliquons que nous aurions bien aimé leurs poser quelques questions mais que, au vu du peu d'informations que nous détenons à leur sujet et du caractère tardif de l'heure, qu'ils ne s'étonnent pas si cela tourne à l'entretien à la con. Sans doute pétrifiés par notre détermination comme deux petits chatons devant un Rottweiler enragé, ils n'y ont pas vu d'objection. C'était donc parti pour une bonne petite interview gloubi-boulga avec, entre les bouchées de football et de politique, des petits éclats d'informations dedans.

GYM_270_bEn tant que lillois, comment avez-vous vécu la mort de Pierre Mauroy? 

Jérôme: Nous n'avons pas vraiment réagi en fait. Par contre, nous avons une excellente théorie sur son décès : on lui a fait manger une tartine Aubry (au brie) et il est mort étouffé.

Nicolas: Mauroy, c'était quand même le dernier socialiste. Depuis qu'il a laissé la place aux jeunes, tu peux remarquer comment le parti est dirigé.

Est-ce que vous pensez que Thauvin (tout jeune joueur de football acheté par Lille au mercato d'hiver et ardemment courtisé par Marseille, NDLA) devrait être vendu à l'OM? 

Jérôme: Je pense qu'il devrait être vendu à Satan pour être obligé de jouer dix milliards d'années avec un ballon en feu. Le mec, il a été acheté voici 6 mois, il n'a jamais joué pour Lille et la seule chose dont il parle c'est de partir à l'OM. Lucas Digne, de l'autre côté, il est super bon et ça me ferait vraiment chier qu'il s'en aille mais au moins, il a été réglo et il n'a pas joué au connard comme Thauvin.

Nicolas: Bon, moi je suis lensois donc ça me fait plutôt marrer.

Que le RC Lens soit racheté par des Azéris et le retour de Gervais Martel, ça te fait rire aussi?

Nicolas: On verra bien pour les Azéris. Par contre, même si j'ai beaucoup de respect pour lui et que je sais très bien qu'il a tout donné pour son club, je ne suis pas content que Gervais Martel revienne. C'est lui qui a construit et fait grandir le club mais c'est aussi lui qui l'a fait descendre avec une mauvaise gestion, un mauvais recrutement, des prises de risques mal calculées.

C'est pas un peu contradictoire de s'appeler GYM et de boire de la bière sur scène

Nicolas: Je ne sais pas. C'est Jérôme qui a trouvé ce nom ridicule.

Jérôme: Pour ce qui est de GYM, on cherchait un nom à l'opposé de celui très complexe de Roken Is Dodelijk, que j'assume totalement mais qui est très dur à comprendre et intégrer pour beaucoup de gens. Du coup, fatalement, pour ce projet, nous avons recherché quelque chose de simple.

Nicolas: C'est d'ailleurs juste hallucinant qu'aucun autre groupe ne s'appelle GYM. Nous avons réfléchi à une bonne quarantaine de noms. Et à chaque fois, en surfant sur Internet, nous nous rendions compte qu'ils étaient pris, déposés. Mais celui-ci, étrangement, ne l'était pas. Je trouve que c'est un bon nom pour un groupe: avec trois lettres alors que nous sommes trois, simple, facile à retenir. Selon moi, c'est tout de même plus important que d'en trouver un avec une grande signification ou une symbolique. Jérôme s'est bien aperçu qu'avec son nom compliqué de groupe, Roken Is Dodelijk, ça ne marche qu'en Flandres... Et encore... ça ne marche même pas aussi bien que cela là-bas! (rires)

"Je trouve que GYM est un bon nom pour un groupe: avec trois lettres alors que nous sommes trois, simple, facile à retenir."

Jérôme: Avec Roken Is Dodelijk, on s'est demandé à un moment si nous devions pas changer de nom mais les retours que nous avons eu à ce sujet, c'est qu'un nom aussi étrange et particulier nous permettait de nous différencier. Finalement, je suis deux écoles en une (sourire).

Vous avez un unique (mais totalement excellent et téléchargeable gratuitement sur leur Bandcamp) morceau intitulé "Radar Radar" actuellement disponible. Vous pensez vraiment que c'est comme cela que vous allez attirer le chaland?

Jérôme: Et en plus, pour te dire la vérité, nous n'avons pas l'intention d'en écrire d'autres (rires).

Nicolas: Mais tu sais, il fallait les enregistrer les morceaux, ça nous a pris du temps!

Jérôme: Il y a un EP qui va sortir en Octobre chez Pil Records, le label de We Are Enfant Terrible, un groupe lillois qui a un peu changé le monde depuis ses débuts. Ils ont beaucoup tourné et enregistré. Ils sont sorti leur premier album sur Last Gang Records, le label de Metric et après cette expérience, ils ont décidé de se gérer par eux-mêmes et de monter leur propre label. Comme nous travaillons avec Thomas Fourny, le guitariste et producteur de ce groupe, il était assez logique de sortir notre travail chez eux.

"Il y a un EP qui va sortir en Octobre chez Pil Records, le label de We Are Enfant Terrible. Comme nous travaillons avec Thomas Fourny, le guitariste et producteur de ce groupe, il était assez logique de sortir notre travail chez eux."

Nicolas: Ce que j'aime beaucoup chez We Are Enfant Terrible, c'est que c'est un groupe qui ne joue pas à Lille. Directement, ils s'exportent: ils vont en Allemagne, en Hollande, en Belgique ou ailleurs en France mais ils ne restent pas cantonnés au microcosme lillois. Je pense qu'il faut absolument suivre cet exemple.

Vous m'avez d'ailleurs expliqué que vous alliez jouer au Café de la Danse au mois de Septembre.

Jérôme: Oui. Nous avons la chance de faire la première partie d'un groupe exceptionnel appelé Roken Is Dodelijk!  (goguenard) C'est un peu l'opportunité de notre vie et je voudrais les remercier à cette occasion. Nous étions un peu des merdes auparavant mais grâce à eux, désormais, nous allons pouvoir faire quelque chose de notre vie (rires).

Nicolas: Nous allons les exploser et leur chanteur est un connard.

Jérôme: Attends, n'en parle pas comme cela : c'est un super pote et la personne que je préfère sur terre. Je fais souvent l'amour avec lui et je dois avouer qu'il est un super coup.

Jérôme, tu expliques sur scène que ta chorégraphe est Britney Spears...

Jérôme: C'était un mensonge, je l'avoue. Je rigolais parce que je sais que, instinctivement, je bouge mon corps de manière autonome et que même si cela a l'air de chorégraphies extrêmement travaillées, c'est plutôt aléatoire en fait. (ironique)

Nicolas: Jérôme danse comme une sorte d'arpège mediator déréglé, qui ne tape pas dans le temps. Nicolas, le batteur, et moi adorons nous mettre en retrait et observer sa façon bordélique de bouger.

Jérôme: C'est étrange parce que lorsque je parle, je ne remue pas mes mains. Je suis du Nord, je ne suis pas un marseillais mais dès que je chante, j'ai tendance à expliquer les paroles avec mes mains.

Donnez-moi trois raisons de ne PAS aller voir GYM en concert.

Jérôme: Le prix, l'odeur et le bruit.

Nicolas: Un bon match à Boellaert, un weekend à Florence avec ta femme et ne pas aimer le sport. Si tu n'aimes pas le sport, tu ne peux pas aller voir GYM, c'est juste une évidence. (rires)

GYM sera en concert au Café de la Danse le 18 Septembre 2013

Crédits photos de L'International: Orimyo

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.