Pinback / Autumn Of the Seraphs

Disques | publié le 14 Sep 2007 par | 843 vues

070914bAprès Summer In Abaddon, sorti il y a à trois ans, les californiens de Pinback restent dans le thème des saisons et livrent un nouveau disque intitulé Autumns of the seraphs. Signé chez Touch&Go, un label plus que respectable à qui l'on doit nombre de pointures (Girls vs Boys, Shellac, Slint, Blonde Redhead... La liste est longue) le groupe semble rester fidèle à son style, une indie pop stylée, ronde et alambiquée dont le style (s'il évoque parfois quelques références - on peut penser à Built to Spill ou Pavement) reste incontestablement unique et singulier.

Autumn of the seraphs est le quatrième album de la formation menée par Rob Crow. Et dès les premières notes de From nothing to nowhere, on retrouve la familiarité et les repères que Summer in Abaddon avait plantés. On y trouve même un peu plus de relief, de profondeur et de maturité. Une fois passée le "choc" de l'artwork stylé et somme toute assez lourd, qui contraste avec la simplicité de celui des albums précédents, on est en mesure d'apprécier la cohérence de cet album, qui évolue entre brûlots indie efficaces et immédiats (Good to sea, ou le sublime Subbing for Eden) et ballades plus intimistes et introspectives, aidées par un piano léger (How we breathe).

Soutenu par un public fidèle, Pinback évolue discrètement mais avec certitude vers le statut de groupe incontournable. La tournée Américaine et Européenne qui va suivre devrait confirmer la tendance...

en écoute: "From Nothing To Nowhere"
[audio:http://darkglobe.free.fr/public/music/Pinback_FromNothingToNowhere.mp3]

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Lionel

cultive ici son addiction à la musique (dans un spectre assez vaste allant de la noise au post-hardcore, en passant par l'ambient, la cold-wave, l'indie pop et les musiques expérimentales et improvisées) ainsi qu'au web et aux nouvelles technologies, également intéressé par le cinéma et la photographie (on ne peut pas tout faire). Guitariste & shoegazer à ses heures perdues (ou ce qu'il en reste).