Section 25 – « Floating Sun »

News | publié le 24 Mar 2018 par | 258 vues

Retour discographique de Section 25 ce mois de Mars, soit celui de la vieille garde Factory records puisque c'est Ian Curtis en personne, assisté de Rob Gretton, qui produisit début 1980 leur tout premier EP Girls Don't Count. "Floating Sun" qui annonce Elektra, album à paraître, est dans la veine des productions aux structures linéaires caractéristiques de la formation de Blackpool, entreprise artistique longtemps guidée par la fratrie Larry (décédé en 2010) et Vincent Cassidy.

Section 25 on aime ou pas du tout, selon qu'on adhère ou non à une forme de pop dénudée, parfois revêche, longtemps restée sans fioritures. Le groupe à la configuration variable durant les presque quatre décennies qu'il a traversées, n'a jamais joué que dans un carré assez étroit et aux dimensions mélodiques réduites. Soit un territoire musical qu'on pourrait situer entre cold wave âpre post Public Image Ltd et northern funk un peu raide. Moins sophistiqués que A Certain Ratio mais moins radicaux que les Throbbing Gristle, les froids Section 25, malgré l'à priori positif qu'on peut leur porter, semblent avoir toujours eu du mal à définir leur place dans le paysage musical anglais et européen. Voire à complètement y conquérir leur public - forcément réduit -, y compris avec le soutien d'un Bernard Sumner de New Order qui prit les manettes pour le plus lumineux ''Looking From The Hilltop'' au milieu des eighties (de l'album From The Hip ). Ce positionnement inconfortable entre post punk radical et virage new wave négocié dans une relative ambivalence, pourrait expliquer le silence du groupe pendant toutes les années 90 jusqu'à son retour de 2001. Come-back inattendu sur scène, puis avec quatre albums studio parmi lesquels on retient Dark Light (2013), chez Factory Benelux, qui présenta Section 25 en quintet électro avec Bethany Cassidy au chant.

Cinq ans plus tard, ce ''Floating Sun'' où l'on retrouve le guitariste des débuts Paul Wiggin, n'est pas à proprement parler Higher than the Sun, mais balance étrangement entre une couleur Primal Scream effective et des guitares qui voudraient sonner à la mode d'un revival Jesus and Mary Chain. Annonçant la sortie de l'album sur Klanggalerie.com on ne sait donc trop - à l'instar de toute la discographie du groupe - comment le prendre? Le titre n'est ni désagréable ni enthousiasmant. Ni non plus d'une franche nouveauté malgré un renfort de guitares épaisses. Il faudra attendre l'album complet et - pour nos voisins anglais - la tournée qui débute ce mois, pour une appréciation plus juste des nouvelles compositions de ce groupe résilient, résistant aux modes depuis presque 40 ans, mais qui paraît toujours et sans doute, à la recherche d'un soleil qui lui demeure voilé.

 

Posté par Jean-Noël

Peintre et guitariste, adepte de Telecaster Custom et d'amplis Fender. Né en 1962 - avant l'invention du monde virtuel - pense que la critique musicale peut-être un genre littéraire, objet idéal pour un débat en fauteuil club millésimé.