Selebrities: « Lovers »

News | publié le 12 Juin 2013 par | 1 035 vues

SELEBRITIES_11_06_2013bLe monde est foutrement injuste. Le quatuor de Brooklyn, Selebrities devrait gagner le titre de champion du revival new wave catégorie sexy mais pas pute: basse glaciale, batterie martiale, notes de guitare fragiles comme du crystal, synthés en mode zigzag et voix aguicheuse de la chanteuse, Maria Usbeck. Alors que le deuxième album du groupe, Lovely Things (sur la pochette duquel Maria nous gratifie d'un magnifique brossage de dents) sortira à la fin du mois, un second extrait a déjà été dévoilé. Intitulé "Lovers" et caché derrière une photo de mains en signe de coeur (on les excuse facilement pour cette faute de goût tant Selebrities a tendance à jouer avec le second degré), le single se distingue, par rapport aux précédentes productions du groupe, par ses angles plus aigus : le son et les compositions affichent davantage de maitrise, de focalisation et l'ensemble baigne dans un sentiment d'urgence tout à fait fascinant. En parallèle, la voix de Maria Usbeck, toujours dans la séduction et totalement irrésistible soupire ses désirs bouffis de frustration: "I will never found another, I will never find another one, I will never found a lover, I will never find another one, one like you". Des aveux qui résonnent à nos oreilles comme de vagues espoirs de lui laisser un jour notre numéro de téléphone si jamais lui vient l'envie de passer à autre chose et, sur un malentendu, de pourquoi pas nous essayer. A moins que son unique ambition ne se résume à nous mettre l'eau à la bouche.  Dans ce cas, autant l'avouer, elle a parfaitement réussi. Lovely Things, viens avec tes mains en coeur ou ta brosse à dents pendue au bord des lèvres, nous n'attendons plus que toi.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées de Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.