Shame / Songs of Praise

Disques | publié le 15 Fév 2018 par | 151 vues

Pourquoi former un groupe de Rock? L’entreprise est aventureuse et revêt de nombreux risques. Celui, par exemple, de tomber de haut alors qu’on pensait s'envoler définitivement au dessus du sort du commun des mortels. Soit un rappel par K.O à une âpre réalité: vos espoirs étaient faux qui resteront pour longtemps de piquantes déceptions. Pour tenir bon il vaut donc mieux y croire, comme on dit. Dans une forme de refrain furieux John Lydon de PIL chantait «Anger is an energy» sur ''Rise'', titre torve et énervé. Il est probable que les cinq jeunes membres de Shame - 22 ans de moyenne d’âge - en soient animés. A l’instar d’autres qui les ont précédés, comme les grands aînés de The Clash auxquels on pense – pour une forme typique d’engagement politique et turbulent. Ou encore à l'image de The Fall, groupe volontiers cité comme influence majeure par les musiciens. Colère quand tu nous tiens!

En se renseignant sur le groupe, on apprend qu'il s'est formé aux alentours de 2015 et réunit des amis de lycée qui ont passé beaucoup de temps à composer leur répertoire à l’étage du Queen's Head, pub de Brixton - sud de Londres - dont ils sont originaires. L'information n'est pas indifférente. Depuis cette date le secteur a vu l'émergence d'une nouvelle génération de groupes à guitares tels Goat Girls, HMLTD, Dead Pretties et surtout The Fat  White Family - formation phare basée dans le quartier. Une émulation pour Shame. Le lien avec The Fat White Family de Lias Saoudi - punk ultime - n'est pas resté que de simple bon voisinage et la proximité artistique s'est concrétisée par l'offre de premières parties. A ce stade c'est le charisme particulier de Charlie  Steen qui aura fait la différence. Stylé et arrogant, l’auteur-chanteur est de ces personnalités intériorisées qui aiment pourtant entrer dans l'action par des manifestations extérieures et une gouaille remarquables. Les deux caractères ne s’opposent pas. On les a déjà notés sous d'autres noms que ne reniera évidemment pas le jeune Steen: Mark E Smith (tiens donc !) ou Ian Curtis.

L'atout majeur de Shame est évidemment Charlie Steen - avec Charlie Forbes, batteur aussi métronomique que capable de tourneries qu’on a connues chez The Stooges. Le garçon à la voix de baryton en impose et tire la formation en avant. Comme remarqué sur scène c'est aussi le cas sur Songs Of Praise, premier LP qu'on peut, sans erreur, qualifier de très réussi. L'humeur des dix titres composés en trois ans est traversée de sentiments et états caractéristiques. Ceux de l'adolescence puis de sa sortie. Les narrations bien menées oscillent entre mélancolie féroce "Dust On Trial", confessions brutales "Angie" ou révolte contre l'injustice "Visa Vulture". Charlie Steen fait preuve d'une aisance de songwriter rare à son âge, habité par une urgence que le groupe rend parfaitement, s'appuyant sur les basses martelées et puissantes de Josh Finerty et deux guitares virtuoses. Musicalement Shame s'inscrit dans une lignée Post-Punk et Shoegaze, Songs Of Praise convoquant les fantômes de Wire, The Fall, Gang of Four ou des Happy Mondays – le groove d'un titre comme "Friction". "Donk" et "Gold Hole" - une dénonciation rageuse de la prostitution adolescente - sont taillés pour le dancefloor. Avec Shame, on danse sur le non sens et la tragédie. Ce qui pourrait aussi être une nouvelle histoire de "Transmission"...

Depuis 1961, la chaîne de TV BBC1 diffuse traditionnellement une émission musicale proposant un répertoire d'hymnes et chants chrétiens. Le programme dont le succès n'a jamais faibli, s'appelle Songs Of Praise. On peut penser que Charlie Steen et ses camarades ont dû en voir quelques épisodes, ce qui leur aura peut-être ironiquement inspiré l'idée de ce nom pour leur premier album ? Le rapprochement est envisageable. A la différence prêt que les chants de louange de Shame sont dénués d'angélisme et d'illusions, et semblent dire qu'ici bas Noël n'arrive pas tous les jours. Le "Rise" de PIL se retrouve à nouveau dans ce constat. De même que cette phrase de Charlie Steen: «I don't want to be heard if you're the only one listening» - écrite sur "Lick"- ou cette autre: «Do you ever help the helpless? Do you give them any time?». Charlie Steen direct et droit dans ses chaussures.

Alors comment se faire entendre quand on est un lad de 22 ans, en colère dans l'Angleterre du Brexit? Shame nous le dit. En formant un groupe de Rock qui n'excuse rien et chante des chants de louange. Ça devrait marcher.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Jean-Noël

Peintre et guitariste, adepte de Telecaster Custom et d'amplis Fender. Né en 1962 - avant l'invention du monde virtuel - pense que la critique musicale peut-être un genre littéraire, objet idéal pour un débat en fauteuil club millésimé.