Simian Ghost – A Million Shining Colours

News | publié le 05 Déc 2013 par | 917 vues

simian ghost_3_12_13Simian Ghost revient! Nous ne vous cachons pas notre enthousiasme à l'annonce du retour du groupe de Sebastian Arnström, Erik Klinga et Mathias Zachrisson. Il faut dire que nous avions été emballés, façon PS4 pour Noël, par le parcours discographique presque sans faute de nos suédois préférés: l'intime introspection électronique de Infinite Traffic Everywhere, les soupirs chillwave de Lovelorn, le chef-d'oeuvre pop et classieux Youth. Leur EP suivant, Autumn Slowmo (For The Dejected Realist), au contraire, avait sérieusement refroidi notre ardeur pour un groupe que l'on ne reconnaissait plus trop tant il semblait tout à coup se prendre bien trop au sérieux.

Diffusé sur le site du Guardian la semaine dernière, "A Million Shining Colours" est le premier extrait de leur futur troisième album. La chanson creuse encore plus profondément le sillon décrit par l'esthétique de l'album Youth, ce choix de la naïveté traitée avec sophistication, en plongeant la tête la première dans une rétro pop aux accents très Beatles. Sebastien Arnstrom explique: "Nous avons écrit "A Million Shining Colours" en nous basant sur une idée qui traverse tout le nouvel album; que nous allions essayer de développer notre songwriting en partie en regardant en arrière, dans l'histoire de la musique."

Si le talent, l'aisance mélodique et le savoir-faire du groupe sont toujours éclatants dans ce nouveau morceau, il nous manque pourtant quelque chose pour succomber à nouveau tout à fait. Mais aucune inquiétude, ce petit rien ne nous empêche pas de trépigner d'impatience en rêvant au nouvel album prévu pour 2014 et intitulé The Veil.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.