Surf Club – Until Then

News | publié le 22 Jan 2014 par | 1 021 vues

surfclub_250S'il y avait un groupe qui portait bien son nom avec ses mélodies pop et directes jouées à fond les Converses sur la pédale fuzz, c'était évidemment Surf Club: quatuor localisé à Stockton (ville natale des Pavement pour information) en Californie. A l'écoute des productions précédentes des quatre jeunots, nous pensions naturellement que ceux-ci avaient leur carrière musicale bien tracée, pas très éloignée du chemin déjà emprunté par des Pains of Being Pure at Heart période Belong. Pour s'en convaincre, il suffisait d'écouter "Swoon", single euphorisant de jangle pop catchy à rendre vert de jalousie le groupe de Brooklyn.

C'était évidemment mal connaître Surf Club puisqu'avec leur dernier single, "Until Then", le groupe a décidé d'ouvrir ses horizons artistiques et créatifs, de laisser pour la première fois les synthétiseurs guider les mélodies, de préférer le lancinant (soupirs de voix en cascades) au plaisir immédiat et de s'offrir une petite dose d'érotisation inoffensive. Toujours enregistré dans leur salle de séjour, "Until Then" a profité pour le mixage et le mastering, et de plutôt belle manière, du doigté de l'autre gloire locale, Justin Vallesteros ; c'est à dire ni plus ni moins que Monsieur Craft Spells. Le résultat est un morceau de dream pop raffiné et rafraichissant comme un verre de Perrier citron en été, distribué par notre connaisseur hexagonal de pop: Beko.

Mystère des microclimats: à Stockton, la température s'est légèrement rafraichie, le soleil brille un peu moins mais étrangement il y fait toujours aussi beau.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.