The Toxic Avenger / Romance and Cigarettes feat. José Reis Fontao

News | publié le 09 Oct 2013 par | 1 413 vues

Choisir pour nom de scène The Toxic Avenger, c'est déjà s'imaginer dans une série Z (voir les films Troma pour les néophytes du sujet) et quelque part, c'est la meilleure des protections: tu n'as plus vraiment peur de faire des fautes de goûts, de plonger tête la première dans une piscine remplie de kitsch puisque ton pseudo est déjà un synonyme du mauvais goût. Tu peux ainsi aller jusqu'au bout de tes fantasmes les plus gras. Par exemple, tu peux réaliser une vidéo remake de Breakfast Club avec tes potes trentenaires attardés (Disiz la Peste et Orelsan en têtes d'affiche) et déconner à fond les ballons dans un centre commercial: retombée bien lourde dans l'enfance et bouffie de clichés (Trop cool, on fait du skate dans l'hypermarché! Trop cool, on joue au baseball avec des paquets de chips!). Rajoute une musique tout en coups de synthés bien cheesy (New Order circa True Faith), la voix de José Reis Fontao de Stuck In the Sound, un refrain bien accrocheur pour encadrer le tout et tu te retrouves avec un bon gros shoot d'électropop ouvertement eighties, efficace et horriblement addictif dans la tête. "Romance and Cigarettes" conjugue une danse irrépressible avec de la mélancolie sourde ("Remember everything that we shared" sur le refrain), du type qui pointe constamment dans la musique, accompagnée d'une naïveté totalement assumée, revendiquée sans peur du ridicule. Et bon sang, c'est délicieux comme un gros plaisir coupable.

"Si je devais garder un souvenir précis de ma vie, c'est la musique que j'écoutais gamin avec mon père dans sa caisse quand on partait en vacances. J'ai besoin de retrouver exactement cette émotion-là quand je fais de la musique." Tu n'aurais pas pu tomber plus juste, mon cher Toxic.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.