Youth Lagoon / Wondrous Bughouse

Disques | publié le 07 Mar 2013 par | 1 007 vues

130307bAprès écoute du nouvel album de Youth Lagoon Wondrous Bughouse, force est de constater que ni la très colorée et chargée pochette, ni même le titre ne nous mentent sur la marchandise et que l'ambiance générale de la galette baigne bel et bien dans un psychédélisme musical grouillant de détails. Là où son premier album soufflait avec un onirisme en clair obscur directement et simplement un mal-être diffus mais persistant, flottant dans un espace de conscience qui s'ouvrait à l'universel, Wondrous Bughouse et son psychédélisme maîtrisé organisent une description musicalement intellectualisée de cette phobie de la mort qui hante Trevor Powers, Monsieur Youth Lagoon.

Si ce nouvel effort confirme son talent de musicien, son habileté à manipuler différents matériaux pour créer des récits sonores, une compétence dont nous n'avions jamais douté, cette évolution n'est en rien une surprise. Elle était envisagée, ancrée dans une logique, un développement du possible pour Trevor Powers et finalement elle était surtout redoutée. Car Powers, sur cet album, donne souvent un peu trop l'impression de s'amuser ou d'avoir quelque chose à prouver avec les nouveaux moyens mis à sa disposition, comme cette exigence à rallonger les morceaux (la plupart des titres de Wondrous Bughouse dépassent souvent inutilement les cinq minutes en s'articulant autour de pièces stylistiquement différentes). L'écriture musicale s'est complexifiée, effaçant d’un revers de bras l'abstraction brumeuse du premier album. La première victime de ce changement de direction artistique est le délicat territoire d'intimé rêveuse et partagée avec l'auditeur qui avait été imaginé sur The Year of Hibernation et qui disparaît ici au profit d'une analyse tortueuse comme un voyage heurté dans une psyché.

Effectivement, sur Wondrous Bughouse, le style est plus riche, la maîtrise est plus grande mais l'ensemble pèse avec son trop plein de conviction, son envie de faire passer le message, assénée lourdement à la manière d'un psaume sur "Daisyphobia". Même l'agréable "Dropia" et sa déclaration de foi "You will never die" basique et répétée jusqu'à plus soif ne tiennent pas la comparaison face à celle toute en richesse poétique et brillante naïveté de "17" ("When I was 17, my mum said to me, don't stop imagining, the day that you do is the day that you die") sur The Year of Hibernation. Ce besoin sonore d'en faire trop va même jusqu'à handicaper le shoegaze intimiste et halluciné du lumineux "Mute" ou ralentir le pourtant très pop "Raspberry Cane". Au fil de l'album, la lassitude prend le dessus : de la boucle en bâillements de "Sleep Paralysis" au pas très inspiré voire facile "Pelican Man" jusqu'au franchement agaçant forain "Attic Doctor" et son gonflant déclamé "She couldn't have a baby" émouvant comme un film de Claude Lelouch, pour terminer avec un Lynchien mais WhatTheFuck? "Through Mind and Back" ... Tout cela n'est guère convaincant, manque singulièrement de fraîcheur et à force de trop vouloir la rechercher et la provoquer, la sensibilité s'enfuit en courant. Et nous aussi.

"Mute"

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.