Zoom sur Post Louis

News | publié le 26 Oct 2013 par | 1 295 vues

avatars-000037855634-i1cztw-t500x500Nous avons rencontré Post Louis ce vendredi soir à l'Espace B en allant voir Porcelain Raft. Ce n'est pas toujours le cas mais les premières parties réservent parfois de chouettes surprises et c'était indubitablement l'une d'elles. Post Louis est un duo de Londres récemment formé par Stephanie Davin (chant) et le guitariste Robbie Stern (guitariste, anciennement Cajun Dance Party).
Si, sur leur Soundcloud, Post Louis rappelle un rock nineties, lourdes guitares et voix délicate en apesanteur pour une belle mélodramatique dépouillée et à fleur de peau, en concert, à cause de leur configuration à deux, des claviers autour de Stephanie et de toutes ces rythmiques enregistrées, l'électronique occupe une place bien plus importante tout en restant subtile.

Du coup, en les écoutant, nous nous sommes dits qu'il y avait quelque chose qui sommeillait chez eux de beaucoup moins sage et d'infiniment plus tordu, de doucement déviant, qu'il y avait sans doute quelque chose à remuer là-dedans, un je-ne-sais-quoi qui pourrait les faire glisser vers une atmosphère à la Purity Ring. En écoutant le remix réalisé par Models pour le titre "Your Hotel", nous nous sommes rendus compte que nous n'étions pas les seuls à le penser.

Après leur concert, nous nous sommes demandés si nous devrions pas faire une interview avec le duo et puis nous avons décidé que si c'était pour leur poser des questions à la con, mieux valait s'abstenir (pour une fois). De toutes manières, le premier EP quatre titres du groupe sortira le 12 Novembre, après la fin de leur courte tournée européenne avec Porcelain Raft, sur Inflated Records. L'interview, ce sera sans doute pour un prochain arrêt parisien qui ne saurait tarder.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées du grand Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.