Zoom sur Picnic Republic

News | publié le 07 Avr 2016 par | 701 vues

Picnic Republic

Amis du cool vintage, de la jeunesse à mini jupes sur autobus à impériale, tout comme d'un songwriting aux harmonies vocales élaborées, ceci est pour vous. La pop sunshine des aixois de Picnic Republic est aussi agréable pour les oreilles que légère pour l'humeur, et sera, transitoirement, un antidote aux temps obscurs que nous traversons. On la retrouve dans un grand écart entre Caroline du Sud (Raleigh), Lancashire (Liverpool) et Londres où elle fait trente trois fois le tour de L'Eros de Piccadilly Circus.

Le groupe de Xavier Mathes se cherche ainsi une place, quelque part entre Mark Linkous (le must), feu les tireurs de bourre Lennon/Mc Cartney - Brian Wilson (références de base) et le revival pop d'Oasis - ces gigantesques maîtres du copié collé ; défaut qu'on ne voudra toutefois pas retrouver ici.

Picnic Republic n'oublie peut être pas encore assez ses influences et ce serait sans doute la seule remarque "attention les gars" que je me permettrais. Mais ils maîtrisent avec bonheur l'art de la mélodie pop enthousiasmante sur tempo médium, pour des propositions soignées auxquelles ne manque pas grand chose pour qu'elles deviennent entêtantes et indispensables à l'heure de la sortie des bureaux. Même si le gain en personnalité devra être augmenté sur les potards de la singularité et pour que nous soyons absolument convaincus par ces adeptes du pique nique républicain, on s'accordera à reconnaître que ces jeunes gens nourris au songwriting de Troy Von Balthazar et d'Eliott Smith ne peuvent pas vraiment se retrouver sur la mauvaise voie. À écouter en tous les cas et en toute urgence, pour l'essence pop colorée et printanière qu'appelle l'horaire d'été.

En concerts en Mai . Mini LP 4 titres

"Don't Worry'' titre en exclusivité pour Dark Globe.

[audio:http://www.darkglobe.fr/wp-content/uploads/2016/04/DontWorry-1.mp3]
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Jean-Noël

Peintre et guitariste, adepte de Telecaster Custom et d'amplis Fender. Né en 1962 - avant l'invention du monde virtuel - pense que la critique musicale peut-être un genre littéraire, objet idéal pour un débat en fauteuil club millésimé.