Loading...
Mi Mineur For EverRock the Cases

Ma carrière avortée de directeur artistique

C’était en 1974. je fréquentais un copain qui avait un chien assez spécial, croisé de basset et de berger allemand. Si. La tête et la robe du berger allemand, et le corps et la taille d’un basset. Eh bien vous me croirez si vous le voulez, mais il avait un caractère IMPOSSIBLE. Agressif, stupide, rien pour plaire. Et l’on se demandait comment ses parents avaient fait pour copuler avec une telle différence de taille. Oui, je sais, ce n’est pas le sujet, ici. Mais quand même. je tenais à vous faire part de ce souvenir unique.

Et c’est pas tout. 

Seule la date est commune à ces souvenirs, mais en 1974 sortait à la radio une chanson de Shirley and Co « Shame On You ». Vous connaissez peut-être la version catastrophique d’Henri Salvador, « J’aime tes g’noux ».

Passons. 

Toujours est-il qu’en entendant la version originale, du haut de mes 16 ans, je me suis dit « Ooooh! Cette chanson va faire un tube ».

Car à l’époque, on ne disait pas un « hit », ou « un buzz ».

Heureuse époque.

Et paf: la chanson a un grand succès. Qu’est-ce que vous dites de ça? Hein? hein? C’est pas fantastique? Naaan mais attendez la suite. 

Autre chanson à la radio, même époque : « Mamy Blue », par Nicoletta. j’entends ça, et me dis : « Ooooh! Cette chanson va faire un tube ».

Et paf. Ca fait un tube. 

Qu’est-ce que vous dites de ça? Hein? hein?

Du coup, je me suis dit que j’avais des prédispositions à évaluer le succès potentiel et à venir, d’une chanson.

Aaaah c’est pas moi qui aurais refusé de signer les Beatles, comme certains crétins le firent à leurs débuts, et qui s’en rongèrent les doigts jusqu’au poignet et à nos jours.

Ceci dit, faudrait vraiment savoir ce qu’ils ont entendu des Beatles. Objectivement, on ne sait pas s’ils avaient déjà du talent, ils faisaient peut-être de la daube. Genre « J’aime tes g’noux ». 

Qui a bien marché aussi, faut dire.

Passons…

Je m’estimais donc orfèvre en la matière, et prêt à créer une agence de Musical Consulting. amenez vos maquettes, les enfants, je vous dirai si ça vaut le coup de persévérer ou pas.

Le rêve se prolongea jusqu’en 1984. (à peu près. )

A la télé, cette fois, un clip. Une pétasse se roule par terre, en robe de mariée, et hurle « Like a Virgin ». Atterré par tant de vulgarité, je me dis : « Ma pauvre, c’est pas en te roulant par terre en chantant des conneries que tu vas percer. Laisse tomber, et retourne donc d’où tu viens.»

Et paf. Succés mondial.

Depuis, je ferme ma gueule.

Mais j’insiste : ce chien était dingue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.