Maserati / Inventions For The New Season

Disques | publié le 28 Juin 2007 par | 951 vues

070628aMaserati est une formation assez peu connue - il faut le dire, c'est bien dommage - originaire d'Athens (en Georgie, pas en Grèce, eh non). Une petite ville des Etats-Unis ou réside un certain Michael Stipe (mais ne vous méprenez pas, Maserati n'a absolument rien à voir avec REM)... Toujours est il que j'ai découvert ce groupe cette année, à l'occasion d'une tournée Européenne en prélude à la sortie de Inventions for the new season, leur second album. J'avais déja eu de très bons échos à leur sujet il y a deux ans, lors de leur passage au regretté (erm) Clos Fleuri. Formation classique pour ce groupe: deux guitares, une basse, une batterie, et pas de chant. Pas de chant? Ca vient déja de tilter dans votre esprit, "encore un groupe de post-rock amorphe et soporiphique". NON MESSIEURS DAMES, car si le post-rock de Maserati a un coté indéniablement psychédélique (les rapprochements avec Pink Floyd époque Dark Side Of The Moon sont évidents) il est aussi, à l'image de Jerry Fuchs - qui officie derrière les fûts, incroyablement énergique.

Le disque commence par le titre éponyme, bati sur un crescendo amené par les deux guitares et leurs pédales de delay. après une longue et délicieuse intro, la batterie entre, et c'est là qu'on mesure la force de Maserati : sa section rythmique et son taré (excusez l'expression) de batteur. Leurs prestations scéniques sont largement à la hauteur, et on pourra constater que la batterie est placée au centre de la scène, occupant un rôle majeur dans la présence du groupe. Marquant pour un instrument qui est plutôt "statique". Le concert de Maserati au Sonic de Lyon aura en tout cas été le meilleur parmi ceux que j'ai pu voir en ce début d'année, et de loin.

Le reste de l'album (pour revenir au sujet) est tout aussi impressionnant. Le tempo se fait parfois plus soutenu, afin de maintenir l'auditeur dans un état d'attention suffisant pour apprécier ce disque de bout à bout. La vitesse et l'énergie succèdent aux accalmies (Kalimera, Kalinichta) dans un enchaînement naturel, néanmoins maîtrisé. Résultat, les 47 minutes de ce disque se savourent d'un seul trait. Une nouvelle tournée est assez peu probable cette année, mais si vous avez l'occasion de voir le quatuor se produire près de chez vous, n'hésitez pas une seule seconde. En attendant il vous reste le disque pour vous consoler...

En écoute: "Inventions".
[audio:http://darkglobe.free.fr/public/music/Maserati_Inventions.mp3]

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Lionel

cultive ici son addiction à la musique (dans un spectre assez vaste allant de la noise au post-hardcore, en passant par l'ambient, la cold-wave, l'indie pop et les musiques expérimentales et improvisées) ainsi qu'au web et aux nouvelles technologies, également intéressé par le cinéma et la photographie (on ne peut pas tout faire). Guitariste & shoegazer à ses heures perdues (ou ce qu'il en reste).