Mogwai / The Hawk Is Howling

Disques | publié le 04 Nov 2008 par | 957 vues

081104aMembres d'un des derniers fers de lance encore debout d'un mouvement musical qui semble s'essouffler depuis quelques temps déjà, les écossais de Mogwai ne faiblissent pas et remontent au créneau: The hawk is howling (traduction, "le faucon rugit"), tel est le titre de ce nouvel opus dans la discographie inégale du combo de Glasgow. Ultime rugissement, chant du cygne ou renaissance assourdissante?

Dans la lign√©e du pr√©c√©dent Mr Beast, THIH ne d√©√ßoit pas de mani√®re dramatique - mais il faut bien reconna√ģtre que le renouveau attendu n'est pas au rendez-vous. Si l'√©coute de ce disque semble confirmer le savoir-faire que le groupe a su prouver par le pass√©, s'inspirant autant du lyrisme de la BO du documentaire Zidane (le morceau d'intro I'm Jim Morrisson, I'm Dead), que des d√©ferlantes sonores de Mr Beast (Batcat), il laisse transpara√ģtre un manque probable d'inspiration. Difficile de se r√©inventer quand on a d√©j√† explor√© tant de terrains musicaux certes, mais Mogwai parvient pourtant √† continuer d'exploiter le filon, notamment avec ce titre OVNI absolument fantastique, The Precipice, qui - s'il ne r√©invente pas le style, allie √† merveille puissance sonore, m√©lodie et harmonie, ambiances apocalyptiques comme la formation a toujours su le faire. Mais sur le reste du disque, les √©cossais peinent √† convaincre, s'√©parpillant entre pop d√©finitivement trop cheap (The Sun Smells Too Loud, sans r√©el int√©r√™t) et titres ralentis entre sentimentalisme et mi√®vrerie (Local Authority).

The Hawk Is Hawling s'avère être un album inégal, et somme toute décevant pour ceux qui connaissent le potentiel du groupe, peu de temps après la réédition du légendaire Young Team. A part quelques extraits, à vite mettre aux oubliettes.

En écoute: "Batcat"
[audio:http://darkglobe.free.fr/public/music/Mogwai_Batcat.mp3]

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Lionel

cultive ici son addiction à la musique (dans un spectre assez vaste allant de la noise au post-hardcore, en passant par l'ambient, la cold-wave, l'indie pop et les musiques expérimentales et improvisées) ainsi qu'au web et aux nouvelles technologies, également intéressé par le cinéma et la photographie (on ne peut pas tout faire). Guitariste & shoegazer à ses heures perdues (ou ce qu'il en reste).