La question s’est posée hier, alors que sur un site communautaire pas très loin d’ici, on me faisait remarquer (à fort juste titre) que l’affectif devrait toujours rester en dehors du discours critique – de savoir si j’allais ou non écrire cette chronique du nouvel album d’Enablers (à paraître le 23 mai sur les labels…