Solo / Clarity EP

Disques | publié le 19 Déc 2013 par | 1 115 vues

SOLO_Clarity Ep_240x240La dernière fois que nous nous étions retournés, Solo était ce petit jeunot mignon tout à fait frisouille à la peau de bébé qui enquillait des pop songs douceureuses et rêveuses (ah, ce petit bijou immaculé appelé "Sympathy") dont les lignes de guitares s'embrassaient du bout des lèvres; un petit frère timide et talentueux que nous imaginions (très certainement idéalement) préférer rester dans sa chambre à tripoter son ordinateur pour composer (!) plutôt que de lambiner dans la rue à s'enfiler des binouzes. Quelques mois plus tard, nous retrouvons le petit bonhomme l'air sévère, des poils durs et noirs sous les narines et sur le menton, et le pantalon rebondi au niveau du pubis. Drame des parents du monde entier: la puberté avait frappé de manière si rapide que nous n'avions même pas eu le temps de nous y préparer.

Clarity, son dernier EP trois titres est sorti à la fin du mois de Novembre (et téléchargeable gratuitement sur son Soundcloud). Le morceau titre, qui sert aussi d'ouverture, se développe lentement, construit sur de longues lignes de synthétiseurs et une rythmique saccadée. Avec sa durée dépassant les six minutes, son introduction instrumentale de plus d'une minute trente jusqu'à son solo de guitare vers la conclusion du morceau, Solo s'est indéniablement fait plaisir. Il s'essaie, même timidement, à l'expérimentation musicale et imagine ici le premier morceau de bravoure de son début de carrière. "Embers" démarre de manière bien plus familière, douce balade qui se transforme peu à peu en un trip hop mutant annonçant la conclusion du EP: une reprise torturée du "Glory Box" de Portishead. Sur celui-ci, lorsque la voix tordue de Solo reprend la lamentation "I just wanne be a woman" celle-ci penche vers quelque chose de plus monstrueux et sans doute de moins sexuel que la version originale. Encore une manière pour nous de comprendre que ce qui se trame dans ce jeune cerveau emprunte désormais des chemins presque lynchiens, en tous cas moins innocents que  ceux de ses compositions précédentes.

Si les NTM avaient sûrement bien raison lorsqu'ils préconisaient de ne "pas laisser trainer ton fils", force est de reconnaître que Solo semble déjà avoir choisi une évolution musicale plus sinueuse, en tous cas moins balisée et lumineuse, que celle que nous lui imaginions précédemment. S'agit-il d'une simple courte incartade dans un territoire plus tortueux ou un véritable choix pour le développement futur de son univers musical? Les quelques allers retours sur les trois morceaux du EP entre son style classique et cette électro pop plus ténébreuse semblent expliquer qu'il recherche et construit des ponts entre ces différents styles. Mais qui reste le plus important, c'est que la réponse lui appartienne en propre et à personne d'autre. Il a vraiment bien grandi le petit bonhomme.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Posté par Francois-Marc

Grand consommateur de Baby Carottes et de sorbets au yuzu, j'assume fièrement mon ultra dépendance au doux-amer, à l'électropop bancale et chétive, aux musiciens petits bras ainsi qu'aux formes épurées de Steve Ditko. A part cela? Il y avait péno sur Nilmar.