Loading...
ChroniquesDisques

Maxwell Farrington & Le SuperHomard / Once

Si vous avez suivi les cours de littérature de Gérard Genette, vous avez à votre crédit la petite musique désuète du mot Palimpseste dans un recoin de votre mémoire.

Ne fuyez pas immédiatement cette chronique à la lecture de ces références datées et laissez moi vous dire de quoi il retourne. Ou plutôt de quoi ils retournent car c’est une histoire de revenants flamboyants qui se re-donnent à chanter dans ce disque improbable et brillant. Ils ont gratté la mémoire et les partitions, et sous le parchemin palimpseste de notre mémoire une voix nous glisse: « rentre ici Lee Hazlewwood, rentre ici Burt Bacharach, rentre ici Scott Walker et ton jeune page Neil Hannon, entrez chers amis Enio Morriconiens du son panoramique en cinémascope et vous serez immédiatement frappés au cœur ». 

L’inattendu de ce moment de grâce est qu’il tient à un étonnant itinéraire géographique et artistique entre un musicien avignonnais (Le SuperHomard) et un incroyable chanteur australien Maxwell Farrington (un austr-Alien ?) exilé à Saint-Brieuc. De cette diagonale surgit un disque fou d’une grande beauté, d’une grâce surannée incroyable et d’une cohérence mélodique imparable. C’est un espace mélodique que l’on habite et qui dans l’esprit de leurs architectes est un duplex infini, il est tout en hauteur(s), please look up, les premières fenêtres donnent sur l’Arizona rouge et splendide (« We, Us the Pharaohs », « La Mesa Motel ») avant d’ouvrir sur une suite d’alcôves easy-listening où on serait bien capable de croiser Jay-Jay Johanson attablé avec Sinatra (« North Pole », « Love »), et des splendeurs mélodiques ouvertes sur des jardins luxuriants (« Oysters », « Good start », « Hips »), un recoin intimiste révèle une basse gainsbourienne, j’ai vu passer dans l’ombre, derrière le rideau, l’ombre gracile de Mazzy star (« Big Ben »). 

Arrivé aux combles, on voit à rebours de son écoute l’ultra référence de son contenu, la documentation radicale de son ADN. C’est précisément ce que l’on est venu chercher: boire à nouveau l’eau claire de la source symphonique. Cela, et c’est le génie de ce LP, sans nostalgie, sans pathos, sans mimes tristes, juste une ironie lyrique et superbe.

Photo du groupe par Franck Alix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.