1- Sea Girls – Sick

Depuis maintenant 3 ans, les Sea Girls enchainent les tubes, les festivals anglais et à force de talent et d’obstination, on sent qu’ils sont en train de monter en Premier League. Ce nouveau single pousse le groupe un cran au dessus, mélodie accrocheuse, paroles en forme de punchlines « I’m sick of being drunk, I’m sick of being sober … »,  on sent une nette influence du premier album des The 1975, il une reste plus qu’à leur souhaiter un succès équivalent.

2- Late Runner – Nothing’s Real Anymore

La belle découverte du mois, Late Runner a ce don pour nous plonger immédiatement dans une agréable torpeur rêveuse. Le plaisir est immédiat et l’envie se fait sentir de repasser ce titre en boucle jusqu’à l’indigestion. L’album du même nom sorti ce mois-ci, délivre quant à lui, un doux parfum empreint de nostalgie. Objectif réussi pour le Danois Asper Tarpgaard dont le goût prononcé pour les mélodies délicates lui permet de rejoindre le club très prisé des surdoués du songwriting à l’ancienne (Josh Rouse, Chris Cohen, Andy Shauf, Chris Staples, …).

3 – DMA’S – We Are Midnight

Extrait de leur nouvel EP I Love You Unconditionally, Les Australiens de DMA’s livrent une nouvelle fois un tube addictif, laissant de coté les passages electro qui donnaient à l’album The Glow ce coté très « Madchester ». Le groupe change de cap et révèle désormais un penchant affirmé noisy / shoegaze accentué par une production énorme qui ne déplaira pas aux amateurs de Ride.

4 – Miles Kane – Don’t Let It Get You Down

Voilà un Miles Kane très en forme qui vient nous surprendre sur ce clip en revisitant nos bandes originales des années 70 et le résultat s’avère particulièrement réussi. Sa voix unique et ses magnifiques guitares pleines de spring reverb rappellent à quel point il réussit à transcender ses influences d’un autre siècle pour créer quelque chose d’original et actuel.

5 – Day Wave – Before We Knew

Ce qui est bien avec Day Wave, c’est qu’à chaque nouveau titre, on s’attend à un moment de grâce aérienne et on est rarement déçu. Si le dernier EP Crush  paru en 2020 laissait poindre encore une fois une douce mélancolie, cette fois-ci, Jackson Phillips se laisse enfin aller à une bonne humeur contagieuse pour signer un tube bien solaire et magnifiquement illustré par ce clip dans les tons jaune et ocre.