Olivier Rocabois: Olivier Rocabois Goes Too Far

Un album intemporel et chaleureux qui traversera probablement le temps et les saisons.

 

Julien Ribot: Do you feel 9?

OVNI est sûrement le mot qui convient le mieux à cet artiste, un disque inclassable qui s’adresse autant aux amateurs de Bowie que de Foxygen ou des Lemon Twigs.

 

Meyverlin: Daily Events

Pure pop aux mélodies douces amères pour les fans nostalgiques (et il y en a beaucoup) de Creation et Sarah Records

 

Maxwell Farrington et le Superhomard: Once

Impossible en 2021 de passer à coté de ce disque qui réveille les fantômes de Scott Walker et Lee Hazelwood. Indispensable.

 

You Said Strange: Thousand Shadows Vol 1.

La suite de l’aventure YSS, un peu moins psychédélique, un peu plus dark mais tout aussi bien.

 

Johnny Mafia: Sentimental

Le retour des Buzzcoks Français, des titres bourrés d’énergie aux mélodies immédiates et on a même droit à une horrible pochette à la Martin Parr.

 

La Houle: La chute

My Bloody Valentine Français, quel raccourci facile pour un artiste tellement original qui ne se laisse pas aller à la facilité enchevêtrant les textures sonores sur des textes profonds.

 

Hoorses: Hoorses

Retrouver le plaisir immédiat du rock des années 90 (on pense à Pavement) revisité par ce groupe tellement talentueux.

 

TH Da Freak: Party Flub

Leur dégaine grunge cache un savoir faire mélodique qui doit autant à Beck qu’au Beatles, un groupe qui effectue ce grand écart avec une facilité déconcertante.

 

Pastel Coast: Sun

Sun est solaire, léger et aérien comme un après-midi de ballade sur la côte atlantique.

 

The Reed Conversation Society

Pas d’album pour the RCS mais trois délicieux EPs pour les amoureux des sonorités organiques et d’un certain charme à la Tindersticks.

 

Vincent Bricks: The Perfect Sadness

Une carte de visite de 5 titres folk et mélancoliques comme une virée à Brighton en hiver.

 

Oï Boys: Sur la place

La relève du Nord, un peu de bruit et de fureur parce qu’il en faut aussi.

 

Warmbabies: Let’s Live Underground

Les Niçois, nostalgiques en diable livrent un album intemporel de mersey beat acidulé qui procure un plaisir fou.